CERISES ET QUEUES DE CERISE

La nature regorge de plantes et fleurs comestibles. Apprenons à les reconnaître et les consommer
Répondre
Avatar du membre
Fabienne
Messages : 5
Enregistré le : 14 février 2018, 11:54
Localisation : Beauraing

CERISES ET QUEUES DE CERISE

Message par Fabienne » 18 juin 2018, 18:16

CERASUS VULGARIS

Rosacées


Le cerisier commun, Prunus avium, est originaire des régions tempérées d’Europe orientale et d’Asie occidentale et fait partie de la famille Rosaceae (comme le rosier).

La cerise est un des plus anciens fruits cultivés dans le monde, avec son cousin l’abricot. Des traces de la culture de cerises ont été retrouvées vers 300 avant Jésus-Christ et certains affirment que sa culture pourrait remonter à plus loin encore.
C’est un arbre très intéressant car les tiges, les feuilles, les fleurs et même l’écorce d’arbre sont très utiles en médecine naturelle. Et si vous vous demandez quelle partie est la plus bénéfique, la réponse pourrait vous surprendre, mais il s’agit bien de la queue de cerise !
Bien peu de gens connaissent les bienfaits étonnants des queues de cerises, et celles-ci sont bien souvent jetées à la poubelle une fois que le fruit a été savouré.

LE FRUIT

Principaux constituants connus : vitamine A (0,40 mg pour 100 gr), vitamine B, C, Minéraux : fer, calcium, phosphore, chlore, soufre, magnésium, sodium, potassium. Oligo-éléments : zinc, cuivre, manganèse, cobalt. Sucre : lévulose

La cerise étant, sauf en ce qui concerne les sucres, un fruit relativement pauvre en principes nutritifs, on peut en permettre un usage copieux. C’est un « trompe la faim », salutaire pour les pléthoriques et les obèses, même diabétique – dans ce cas, en portion limitée, en accord avec la diététicienne.

Les cerises sombres sont plus riches en fer et seront plus efficace dans la prévention de l’anémie. Pour info, je rappelle que fer et tanin sont des antagonistes, donc évitez les aliments tels que café, vin rouge, thé noir, chocolat…
Pour les dyspeptiques, les organismes délicats, les vieillards, les enfants, la cerise cuite (compotes, confitures) sera plus indiquée que le fruit cru.

L’huile extraite de l’amande du noyau serait active contre les algies rhumatismales, les verrues, les taches cutanées.

Mais attention, les noyaux de cerises sont toxiques. Rien de très surprenant puisque de nombreux noyaux de fruits, comme les pépins de pommes, contiennent de l’amygdaline. Lorsqu’elle est ingérée, cette substance contenue dans l’amande des noyaux et des pépins se transforme en cyanure d’hydrogène (ou acide cyanhydrique) et provoque de nombreux symptômes, en fonction de la quantité consommée. Ces derniers vont des vertiges à l’arrêt cardiaque et en passant par les convulsions. Pas de panique à avoir non plus si vous ou votre enfant ingérez par inadvertance un noyau de cerise. Pour ne pas se mettre en danger de mort, la dose à ne pas dépasser est comprise entre 1 et 1,5 mg par kilo de poids corporel. Une personne de 60 kg ne doit donc pas ingérer plus de 90 mg. Or, un noyau de cerise comprend 3,9 mg d'amygdaline par gramme et cette substance ne se transforme pas entièrement en cyanure dans l'estomac. Il faudrait donc en manger beaucoup pour risquer de s'empoisonner.


Propriétés :

dépuratif puissant, détoxiquant
reminéralisant
énergétique musculaire et nervin
anti-infectieux
augmente les réactions naturelles de défense
rafraîchissant
sédatif nervin
régulateur hépatique et gastrique
diurétique
antirhumatismal, antiarthritique
laxatif
rajeunissant cellulaire



Indications :

pléthore, artériosclérose, obésité
déminéralisation, retards de croissance
hépatisme
rhumatisme, goutte
arthritisme
lithiases urinaire et biliaire
fermentations intestinales
constipation
prévention du vieillissement.

Mode d’emploi :

Usage interne :
Une ou deux journées de cure de cerises, exclusivement, constitue une excellente dépuration organique, tout en favorisant l’élimination des déchets et des toxines. On peut également faire une cure de jus de cerise maison. Attention aux produits vendu en magasin sous l’appellation de nectar de cerise, extrêmement riche en sucres ajoutés.

Usage externe :
Emplâtres de cerises écrasées sur le front contre les migraines, sur le visage et sur le cou pour soins de la peau. (Tonifiant des téguments fatigués).

LES QUEUES DE CERISES

Voila un remède tout simple qui ne compte pas pour des prunes…. Peu couteux, voire gratuit si vous les récoltez vous-même, les queues de cerises vont faire merveille pour soulager tout un tas de petites misères du quotidien.

Les queues de cerises sont très riches en flavonoïdes, sels de potassium, en mucilages et tanins, un glucoside d'isoflavone et des phénols, notamment de l'acide salicylique. Tous ces composés sont des actifs bien connus pour détoxifier le corps grâce à leur action diurétique.
Choisissez un cerisier loin de toute pollution, récoltez les cerises, mangez ou conservez les fruits et récupérez les queues. Il vous suffira de les faire sécher à l’ombre, sous un voile moustiquaire pour éviter les contaminations. Lorsqu’elles sont bien sèches, conservez-les à l’ombre, au frais, de préférence en bocal de verre. Si elles ont étés bien séchées les queues de cerises se conservent très longtemps.
Il ne reste plus qu’a préparer la précieuse infusion : une cuillère à soupe de queues de cerises dans un tasse d’eau bouillante, laisser infuser 10 minutes et boire le matin, au réveil, pendant trois semaines. Une tasse le soir, deux heures après le dernier repas, afin de profiter au maximum des bienfaits.
Une autre façon de préparer la tisane : en décoction. Si vous avez le temps, faites tremper dans 1 litre d'eau froide durant 12 h, 4 cuillères à soupe de queues de cerise, pour les ramollir, puis faites bouillir le tout 10 mn, et laissez infusez 10 mn.
Si vous avez acheté les queues de cerise en herboristerie, veuillez vous référer aux indications et posologie du fabriquant.
Cette préparation nettoyante et diurétique fait merveille dans les cas d’infections urinaires, de cystites, d’obésité, de constipation, de rétention d’eau, de douleurs rhumatismales
Sans compter que les queues de cerises ont aussi des propriétés laxatives, dépuratives qui sont utiles pour la lutte contre l’anémie, la cellulite, la constipation, la cystite, la diurèse, la grippe, la lithiase, l’obésité, et les rhumatismes.
Elles renforcent par ailleurs les nerfs, tout en ayant un effet calmant.

La queue de cerise ne possède pas des principes actifs toxiques, et la seule recommandation est qu’elles ne doivent pas être administrées à des personnes qui ont des gros problèmes de calculs rénaux car ces calculs pourraient éventuellement se déplacer et provoquer des blocages.
Les femmes enceintes devront également éviter de consommer trop de queues de cerises pendant leur grossesse.
Autre recommandation, il est déconseillé de consommer plus d’un litre de jus de queue de cerise par jour et d’alterner avec de l’eau minérale au cours de la journée.

C’est intéressant aussi en association avec les graines de psyllium, le chardon Marie, l’ortie, la racine de bardane, les racines de pissenlit. L’association de Piloselle et queue de Cerise fait merveille contre la rétention d’eau. Enfin, avec l’harpagophytum et l’ananas pour soulager les entorses et les foulures.
Modifié en dernier par Fabienne le 18 juin 2018, 18:18, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Fabienne
Messages : 5
Enregistré le : 14 février 2018, 11:54
Localisation : Beauraing

Re: LES QUEUES DE CERISE

Message par Fabienne » 18 juin 2018, 18:17

CERASUS VULGARIS

Rosacées

LE FRUIT

Principaux constituants connus : vitamine A (0,40 mg pour 100 gr), vitamine B, C, Minéraux : fer, calcium, phosphore, chlore, soufre, magnésium, sodium, potassium. Oligo-éléments : zinc, cuivre, manganèse, cobalt. Sucre : lévulose

La cerise étant, sauf en ce qui concerne les sucres, un fruit relativement pauvre en principes nutritifs, on peut en permettre un usage copieux. C’est un « trompe la faim », salutaire pour les pléthoriques et les obèses, même diabétique.

Pour les dyspeptiques, les organismes délicats, les vieillards, les enfants, la cerise cuite (compotes, confitures) sera plus indiquée que le fruit cru.

L’huile extraite de l’amande du noyau serait active contre les algies rhumatismales, les verrues, les taches cutanées.

Propriétés :

dépuratif puissant, détoxiquant
reminéralisant
énergétique musculaire et nervin
anti-infectieux
augmente les réactions naturelles de défense
rafraîchissant
sédatif nervin
régulateur hépatique et gastrique
diurétique
antirhumatismal, antiarthritique
laxatif
rajeunissant cellulaire

Indications :

pléthore, artériosclérose, obésité
déminéralisation, retards de croissance
hépatisme
rhumatisme, goutte
arthritisme
lithiases urinaire et biliaire
fermentations intestinales
constipation
prévention du vieillissement.

Mode d’emploi :

Usage interne :
une ou deux journées de cure de cerises, exclusivement, constitue une excellente dépuration organique, tout en favorisant l’élimination des déchets et des toxines. On peut également faire une cure de jus de cerise.

Usage externe :
emplâtres de cerises écrasées sur le front contre les migraines, sur le visage et sur le cour pour soins de la peau. (tonifiant des téguments fatigués).
Image

Avatar du membre
Zara
Administrateur
Messages : 5799
Enregistré le : 14 mars 2011, 00:00
Localisation : Famenne

Re: CERISES ET QUEUES DE CERISE

Message par Zara » 18 juin 2018, 21:24

Merci Fabienne

Avatar du membre
tintin
Modérateur
Messages : 1340
Enregistré le : 20 avril 2013, 18:35

Re: CERISES ET QUEUES DE CERISE

Message par tintin » 19 juin 2018, 18:57

merci de citer les sources...
extrait de Jean Valnet ?
on ne jouit bien que de ce qu'on partage

Répondre

Retourner vers « Fleurs et plantes sauvages comestibles »